IMG_7909_rec

Le Prauprio de la Mézonete, à l’aspect plutôt inquiétant, est un animal de la classe des Chélicérates, il ne possède, de ce fait, ni antennes ni mandibules, mais une paire d’appendices crochus venimeux.

On le trouve principalement en Scandinavie (où il porte le nom de « ägaren av huset« ). Son implantation dans nos régions est due aux importations massives de meubles en kit (notamment le fameux modèle IGBASöR, celui qui comporte un sachet de 3 kilos de ferraille et dont il reste un kilo dont on ne sait que faire quand le montage est terminé).

Il vit en général dans les combles en tachant de se faire oublier. A la moindre alerte, Il se roule en boule pour ressembler à une innocente chute de matière isolante. On trouve rarement dans le monde animal l’exemple d’une race aussi perversement hypocrite. Sauf peut-être le Nivio de Lhuile, dont nous parlerons un jour dans cette chronique.

Il se nourrit de rongeurs, mais peut ne pas s’alimenter durant de longues périodes, en plongeant dans une sorte d’hibernation.

La nature fait bien les choses : se trouvant seul la plupart du temps, sa reproduction ne lui pose aucun problème car il est hermaphrodite. Voici comment il procède (du moins on le suppose) :

Pour se stimuler sexuellement, il pense très fort à un de ses copains pas trop mal fichu physiquement qu’il a connu en Scandinavie, il y a alors production du liquide fécondatoire (je ne sais pas pourquoi le correcteur orthographique me signale une erreur sur ce mot ?). Alors et alors seulement, il produit un ovule qui est inséminé. La gestation dure 3 mois, 2 jours, 23 minutes et 45 secondes montre en main, à l’issue de laquelle le Prauprio donne naissance à un seul petit.

Comme tous les petits, le petit est assez mignon. Il atteint l’âge adulte vers 5 ou 6 mois.

On s’en doute, la cohabitation de deux Prauprio adultes pose d’énormes problèmes de survie car aucun des deux ne supporte l’autre. L’affrontement est inévitable. Le vainqueur mange le vaincu.

Hibernation, reproduction, mastication : la nature fait vraiment bien les choses. Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis profondément enthousiasmé par les mécanismes mis en œuvre par la nature pour, avec brio, perpétuer la pérennité de la race.

Pour finir, abordons le sujet qui fâche :   qu’en est-il de la rencontre inopinée entre un Prauprio et un être humain ? Force est de reconnaitre que ça se passe très mal pour l’être humain. Pour s’en sortir l’être humain doit absolument, je dis bien ABSOLUMENT, éviter de se faire mordre par les crochets venimeux du Prauprio car alors il serait atteint de la maladie de Marcel Einstein (du nom du scientifique qui l’a découverte à l’issue d’études plutôt longues et fastidieuses), caractérisée par un important prurit anal insoignable (encore qu’un traitement expérimental à base de cataplasmes de chou vert semble avoir donné des résultats encourageants).

Notre conseil : toujours visiter les combles de sa maison en étant accompagné. Le mieux, si on soupçonne la présence d’un Prauprio, est encore d’appeler les pompiers, qui ont l’expérience de ce genre de situation, voire, encore mieux, les gendarmes, qui eux, viennent toujours armés.

Soyez un vrai homme, ou une vraie femme, ne vous laissez pas emmerder par cette bestiole qui nuit à la tranquillité de nos familles françaises qui peuvent, profondément troublées, oublier de payer leurs impôts, donc mettre en danger l’avenir économique de notre beau Pays.

On l’aura compris, il s’agit là d’une grande cause nationale que tout un chacun se doit d’embrasser. Y compris les victimes de Prauprio handicapées par un cataplasme de chou vert collé au fondement.

Gérard Campan

4 COMMENTAIRES

  1. Très intéressant. Personnellement j’ai fabriqué un piège à Prauprio dans lequel je mets un Ptipio des bosquets, car le Prauprio des maisonettes en est très friand.

  2. Je suis baba devant tant de connaissances. Monsieur vous êtes indispensable à la France, en ces temps troublés le gouvernement devrait faire appel à vous afin de sauver notre beau pays.
    Bien cordialement

  3. Have seen and heard about such an insect for the first time. I really like being aware of about different forms of insects and animals. The life cycle on the insect shared in here seems to become quite fascinating. Will appear forward to more such exciting posts.

Laisser une Réponse